Interculturel : comment de comporter avec des indiens ?

• Mélange vie privée et vie publique

• Religion omniprésente (l’hindouisme)

• Système de castes à connaître

• Les Indiens n’aiment pas le conflit

Le respect hiérarchique est important

Une équipe de travail est similaire à une famille

Esprit réseau important

Culture du négoce très développée

Non ponctuel (surtout dans le publique)

Attention à l’importante distinction des rôles entre hommes et femmes

À FAIRE / À ÉVITER

• Ne pas parler politique, religion ou nourriture (il y a beaucoup de végétariens)

• Eviter les contacts physiques

• Attendre que son interlocuteur vous tende la main sinon namaste

Toujours utiliser la main droite (manger, tendre une carte de visite,…)

Éléments relatifs au business :

La négociation est présente partout et il est de coutume de toujours discuter les prix. Ne pas le faire pourrait même être considéré comme de l’impolitesse.

L’esprit familial est présent dans le domaine professionnel. La distance hiérarchique est considérée plus forte qu’en France mais elle est aussi de nature différente. Le respect se gagne avec l’âge et le « chef » est considéré comme un père. Cette vision se retrouve dans le comportement quoh’dien par exemple dans l’ordre dans lequel les personnes présentes s’assoient ou dans la façon de saluer.

Au début d’une conversation il est naturel et poli de demander des nouvelles de la famille de son interlocuteur. La vie professionnelle et la vie privée sont particulièrement mélangées.

Autre aspect très important : le rapport au temps est vraiment différent entre les Indiens et les Français. C’est en­core un héritage de l’hindouisme avec l’idée de la réincarnation, la ponctualité n’est pas importante en Inde. Il ne faut pas s’offusquer d’un retard voire d’une avance et il faut savoir prendre son temps. Cet aspect est bien plus marqué dans la fonction publique, dans le privé, la ponctualité semble plus présente.

La confiance est importante dans toute relation professionnelle et il n’est pas rare de se rendre des services. C’est un foncfionnement qu’on pourrait qualifier de « réseau à dimension familiale ».

À ne pas faire / à faire :

• Étant donnée la complexité de l’Inde et de sa culture, on évitera de parler de religion, de polifique, de castes et même de nourriture. Il y a effectivement beaucoup de végétariens.

• Éviter les contacts physiques, on attendra toujours que son interlocuteur ait fait le premier geste pour saluer, surtout lorsque c’est une femme. Il est acceptable de serrer la main si cela vous est proposé, dans le doute il est plus prudent de dire « namaste » en joignant ses deux mains dans un geste de prière. •

Safran a permis à 128 millions d’indiens d’avoir un numéro d’identité unique

Grâce à la technologie multi-biométrique de dernière génération conçue par les ingénieurs de Safran, Anju – comme déjà 128 millions d’indiens – s’est vu attribuer un numéro d’identité unique, lu facilitant l’accès aux prestations sociales- Une nnovation qui va bien au-delà d’une simple avancée technologique-
safran-talents.com

La technologie multi-biométrique conçue et développée par les ingénieurs de Safran, combine empreintes digitales et reconnaissance de l’iris. Dans le cadre du programme indien d’identification, elle permet l’attribution d’un numéro unique doublement sécurisé.

La politique étrangère du Pakistan de 1947 à 2005

I- L’antagonisme originel avec l’Inde et les guerres indo-pakistanaises (1947-48, 1965, 1971, 1999)

Le traumatisme de la Partition de 1947 et le conflit à propos du Cachemire

II- L' »alliance désenchantée » avec les Etats-Unis (1953 -)

OTASE (Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est)

CENTO (Central Treaty Organisation) (ex Pacte de Bagdad)

III- L’amitié avec la Chine : l’ennemi (Chine) de mon ennemi (Inde) est mon ami (1965 -)

IV- Le profit tiré de l’intervention soviétique en Afghanistan (1979 – 1989 – 2001) et le rêve de la profondeur stratégique en unifiant les Pachtounes/Pathans

V- Les rapports avec le monde musulman

la bombe atomique financée par l’Arabie Saoudite et testée en 1998 comme « bombe islamique »

VI- Après le 11 Septembre : tiraillements et double jeu 

Forcé par les Etats-Unis de combattre le terrorisme mais soutenant toujours les Talibans

BIBLIOGRAPHIE

AMIN Shahid, Pakistan’s foreign policy : a reappraisal, Oxford : Oxford University Press, 2000L.

HARRISON Selig (ed.), India and Pakistan : the first fifty years, Washington : Woodrow Wilson Center Press, 1999.

JAFFRELOT Christophe (dir.), Le Pakistan, Paris : Fayard, 2000.

JAFFRELOT Christophe (dir.), Le Pakistan : carrefour de tensions  régionales, Bruxelles : Complexe, 1999

KUX Dennis, The United States and Pakistan, 1947-2000 : disenchanted allies, Baltimore : John Hopins University Press, 2001.

ZINS Max-Jean, Pakistan, la quête de l’identité, Paris : Documentation Française, 2002.

ZIRING Lawrence, Pakistan : at the crosscurrent of history, Oxford : Oneworld, 2003.